Vive le printemps ?

Nous habitons un petit village de l’Aisne et nous ne nous réjouissons pas du printemps car ici il rime avec traitement…qui toutes fenêtres fermées passe par les aérations de la hôte, des fenêtres …( nous habitons face à un grand champ, une route nous sépare.)

Le 5 et 6 avril 2016 nous avons eu droit à 1 traitement par jour ! Pendant le second, nous sommes partis en catastrophe nous réfugier…en ville, notre bouche nous a piqué toute la soirée, nos yeux pleuraient !!!
C\’était irrespirable dans la maison, dehors et même dans la voiture. Le vent soufflait dans notre direction, les agriculteur n’avait pas pensé que ça pouvait nous gêner … Les pissenlits ne peuvent plus être cueillis, les œufs des poules doivent être contaminés j’imagine, les plantes se mettent à grandir d’un coup et pour nous qu’en sera-t-il dans quelques années, quelles cellules vont se multipliés anarchiquement ? Comment vont grandir nos enfants ?

Bien que nous habitions un petit paradis, je ne pense qu’à déménager.
Mais cela ne changera rien au problème de pollution générale.
De plus dès qu’il fait chaud ces traitements génèrent une pollution aux particules fines comme nous en avons tous les ans alors que nous sommes à 100 kilomètres de Paris et 50 kilomètres de Reims donc en pleine campagne !
Que font les politiques pour limiter tous ces produits qui nous causes tant de tord ?

21/04/16