une histoire de choux belges

nous habitons en campagne dans le nord a 30 km de la frontière belge.

C »est une ancienne ferme rénovée que nous avons transforme en gite de groupe, le bâtiment principal est entoure d’eau.

depuis plusieurs années, l’agriculteur qui exploite les terres s’est mis a sous louer ses terres a un producteur belge.
le premier prépare la terre au printemps, les belges sous-traitent les plantations a des personnes de l’est.

ensuite les belges viennent traiter , traiter ,et traiter encore….

Ce sont des choux de Bruxelles, je pense que je n’ai jamais autant de traitements sur une culture !

maintenant le meilleur, non seulement ils y mettent la dise, mais ne respectent aucunement les règles d’épandage, a raz de l’eau, a raz de mon habitation mitoyenne du champ.

l’effet kiss cool c’est aussi les produits utilises ( j »aurais du prendre une photo ) il est indiqué de ne pas épandre a moins de 10 mètres d’un plan d’eau, sur le « pot belge » , en regardant sur le net le même produit vendu en france c’est 20 mètres qui est indiqué !

visiblement les français supportent moins bien les saloperies, que les belges, alors ils se vengent en ne respectant rien !

je vais vous raconter aussi pour ceux qui ne connaissent pas la recolte des choux de Bruxelles, ça vaut le détour ( la aussi j’aurais du prendre des photos )

les choux se récoltent a la fraiche la nuit, c’est une machine sur chenille qui se déplace doucement un peu comme une moissonneuse batteuse, ou a maïs.

sur le devant de la machine 4 sièges genre vieux tracteurs , reçoivent confortablement encore de la main d’œuvre de l’est, ils travaillent en cire sous une avancée bâchée mega éclairée ( il fait nuit ).

sous leur pieds qui reposent sur un petit support, des lames super tranchantes coupent grosses tiges, qu’ils prennent a la main et orientent dans un entonnoir ou la machine s’occupe du reste.

Ah je reverrai d’être inspecteur du travail pour vérifier la conformité CE de cette machine a couper les pieds !

pour les tenir, éveillé c’est genre discothèque techno a donf, a tel point que lorsqu’il sont a cote de la maison j’ai l’impression d’y être, mais moi je suis plus rock..et ça m’empêche de dormir.
on les surnomme les chikaboum.

une fois récolte la machine se vide dans une immense benne ou les choux du bas sont écrases par les 3 mètres de copains au dessus.

Ce soir encore nos amis belges sont venus traiter, aucune idée du produit, ils arrivent avec le gros matos déjà rempli.

13/09/18