Un superbe abricotier qui commençait à bien donner, a été cuit aux 2/3 l’année dernière.

Distance habitation/culture : 150 m – verger/culture : 10 m … une RD nous sépare, et les fils barbelés séparent le verger d’un autre herbage, traité lui contre les orties, chardons.
Cultures : maïs, blé, orge
Fréquences : 6 à 7 par an suivant la culture.
Odeurs et nuage se déplaçant avec le vent lors de l’arrosage, les vents nous ramènent les produits jusqu’à nos habitations… notre lieu-dit d’une vingtaine de maisons n’est séparé que par la RD face à une très importante surface qui était autrefois des herbages pour les vaches et qui est depuis un certain temps cultivée intensivement.
Nos arbres fruitiers sont impactés par les produits : un superbe abricotier qui commençait à bien donner, a été cuit aux 2/3 l’année dernière, un prunier Victoria se bat depuis des années pour survivre, nos mûriers sont brûlés… Aucun service sanitaire n’a su me dire qu’il y avait un danger à consommer mes pommes, poires, coings, prunes, mirabelles, cassis ou groseilles…. sans parler de mon potager.
Mais comme nous sommes également dans le couloir de délestage du kérosène pour les avions,… on ne sait plus vers qui se tourner.
J’ai essayé d’avoir des réponses auprès de l’Adrire, qui m’a orientée vers un autre service, puis d’autres encore mais au bout de 6 à 7 interlocuteurs différents, j’ai eu pour simple réponse, d’attendre peut-être 3 à 4 jours avant de consommer mes fruits et de bien les laver…
Suite à ma démarche, j’ai eu la visite du cultivateur qui est venu m' »engueuler » vertement, et qui m’a reproché de ne pas lui rendre la vie facile. Je lui ai alors proposé d’être plus transparent et d’afficher sur ses parcelles quel type de produit et dans quel but. Il m’a ri au nez me disant qu’il n’avait pas le temps à ce genre de conneries, que chacun faisait ce qu’il avait à faire.
Récemment, dans le centre village de Sahurs, un herbage a été retourné l’année dernière pour y cultiver … du maïs ! Avec tous les produits qui vont avec…. A 100 m de l’école, à 50 m du terrain de sport et de la salle polyvalente. Après intervention auprès du service Environnement par téléphone (je ne me rappelle plus vraiment l’intitulé du service). Une des responsables m’a adressé, par mail, l’Arrêté modificatif relatif au retournement des Prairies après avis du Syndicat des Bassins Versants. Comme aucune demande n’avait été faite pour cette parcelle dans le centre village, j’ai transmis le dossier au Maire qui est maintenant en relation avec la Responsable. Pour l’instant pas de nouvelles.
Nous avons l’intention de faire de notre potager un espace « permaculture »…. est-ce raisonnable avec les poisons autour ??? Notre potager étant dans notre verger.
Madame Y