Si vous n’êtes pas contents, vous n’avez qu’à déménager.

Nous vivons au milieu des pêchers et abricotiers. Une féérie quand tout est en fleurs!
L’enfer en termes de traitements de pesticides, herbicides, insecticides! Plus ou moins une trentaine de traitements à l’année! Ils commencent autour de début février et finissent vers fin octobre!
Des hommes en combinaison ou dans des engins caparaçonnés (heureusement pour eux). Nous, qui vivons à cinq mètres des terrains exploités, nous n’avons ni masques ni combinaisons ni carapaces.
Nous scrutons pour savoir si ils vont traiter ou pas, afin de fermer portes et fenêtres et récupérer en vitesse le linge qui sèche dehors!
Cancers en tout genre, péricardites, allergies, bronchites et autres, sont monnaie courante. Les rares fois où nous avons essayé de discuter, d’échanger avec notre voisin, nous nous sommes faits traiter d’écologistes comme une insulte suprême pour nous entendre dire: » si vous n’êtes pas contents, vous n’avez qu’à déménager »!
Les normes d’épandage ne sont jamais respectées: ne pas traiter quand le vent est supérieur à 19km/h. Ne pas traiter près des rivières. La Teysonne est en bordure des champs sur plusieurs kms.
Les ouvriers agricoles (en général des étrangers, plus faciles à « maltraiter ») peuvent travailler à la taille ou à la récolte en même temps que le traitement se fait sur une autre parcelle sans que cela ne pose aucun problème. Nous avons essayé plusieurs pistes pour dénoncer ou trouver des solutions d’intervention sans résultat.
Merci pour tout ce que vous ferez pour avancer dans ce domaine.
Madame Y