Laurent, salarié de l’agroalimentaire, victimes des pesticides

Laurent, salarié de l’agroalimentaire victimes des pesticides.

Gravement intoxiqués par des pesticides interdits, Stéphane Rouxel et Laurent Guillou ex-salariés de l’entreprise Nutréa-Triskalia de Plouisy dans les Côtes d’Armor mènent depuis trois ans un combat de tous les instants pour faire reconnaître leur maladie, exiger réparation et dénoncer le scandale sanitaire et environnemental que représente l’utilisation des pesticides dans l’industrie agroalimentaire (1). Accidentés du travail et empoisonnés, Stéphane et Laurent ont finalement été licenciés par leurs employeurs, qui ne les ont pas reclassé et encore moins pour les indemnisé. Atteints tous les deux d’une maladie très invalidante, l’hypersensibilité aux produits chimiques multiples (MCS en anglais), ils n’ont pas retrouvé d’emplois, ont épuisés leurs droits au chômage et n’ont plus aujourd’hui comme ressource que l’Allocation de Solidarité Spécifique (ASS) pour vivre avec leur famille.

Pour obtenir réparation, Laurent Guillou et Stéphane Rouxel, défendus par Maîtres François Lafforgue et Camille Lasoudris du cabinet Teissonnière ont engagés trois procédures judiciaires. L’une devant le Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale de Saint Brieuc pour qu’il statue sur la fixation de leur taux d’incapacité professionnelle permanente (IPP) et sur la faute inexcusable de l’employeur. Une autre devant le Tribunal des Prud’hommes de Lorient et une troisième au pénal pour mise en danger de la vie d’autrui, auprès du Tribunal de Grande instance de Saint Brieuc.

Dans son délibéré, le TASS de Saint Brieuc a condamné pour faute inexcusable de l’employeur l’entreprise agroalimentaire Nutréa-Triskalia, ce qui est très certainement une première dans le domaine de l’agroalimentaire.