Riverains empoisonnés légalement

Installés dans un hameau du vignoble au sud de Nantes, nous subissons les traitements dès la fin de l’hiver jusqu’aux vendanges, sans jamais être avertis, nous empêchant de nous promener à notre guise et de profiter de notre jardin. Conséquences : Maux de tête, nausées, crampes, palpitations, picotement sur la langue, … Dans ce hameau, plusieurs professionnels vignerons sont décédés ou sont atteints de cancers. Nous avons abordé le sujet avec ces voisins vignerons qui traitent toujours autant ! Autres effets pervers : le gibier a quasiment disparu, les insectes sont presque inexistants (abeilles, bourdons viennent mourir dans notre jardin). Lors d’une visite médicale, j’ai exposé ma situation (picotements, palpitations, …) qui s’est soldée par le médecin par le diagnostic suivant : « situation psychologique ». A part déménager, que faire ? Ce serait aussi se laver les mains.

21/04/16