Nous avons été obligés de tous rentrer nous réfugier à l’intérieur, avec la gorge et les narines irritées!

Je vis dans une petite commune en Charente, et mon jardin est attenant à un champ. Il n’y a aucune haie, aucun arbre, et ma porte d’entrée et les fenêtres des chambres sont à une dizaine de mètres de ce champ. L’agriculteur pulvérise intensément, parfois plusieurs fois dans la même semaine, et çà, peu importe la présence ou la direction du vent, (ou juste la nôtre !). Nous lui avons déjà demandé gentiment une fois de bien vouloir déplacer sa remorque lors de la récolte qu’il place systématiquement à proximité de la fenêtre des enfants et qui occasionne bruit et poussière. L’agressivité de la réponse de ce Monsieur laisse à deviner sa réaction si nous abordions le sujet des pesticides !  » On bosse pour vous ! « , je cite. Sans commentaire… Un soir de printemps, parmi tant d’autres, nous nous apprêtions à passer à table avec nos 3 enfants, les brochettes sur le barbecue, petits oiseaux dans les arbres, bleu du ciel etc. etc. bref, ravis de pouvoir dîner dans le jardin, et de « ô joie de vivre à la campagne ! » ( ahah!) lorsque notre cher ami est venu sous notre nez , et quasiment au-dessus de nos assiettes déployer ses grands bras et pulvériser littéralement notre repas et toute notre plaisir de cet instant! Nous avons été obligés de tous rentrer nous réfugier à l’intérieur, avec la gorge et les narines irritées! nous ne pouvons pas décider à l’avance de savoir si nous allons pouvoir profiter de notre jardin! combien de partie de foot de mes enfants j’ai dû interrompre à cause des pulvérisations intempestives et hasardeuses de notre bon vieux paysan qui heureusement travail pour nous! c’est un fait certain que ce Monsieur travaille pour nous, et à commencer pour lui-même ! Mais à quoi ? triste réalité…

23/04/16