Notre fils est autiste

Nous habitons dans l’Oise dans une zone rurale céréalière. Notre maison jouxte des champs qui font l’objet d’épandages et de pulvérisations à répétition. Au total si nous comptons les parcelles directement aux abords de la maison, nous comptons pas moins d’une trentaine de traitements par an. Notre fils est autiste (diagnostic établi en 2009) et le lien entre ce handicap et les pesticides nous semble pertinent.
L’agriculteur ne trouve comme réponse à nous donner lorsque nous pointons ses traitements difficilement supportables (pulvérisation les jours de grand beau temps donc odeurs et picotements au niveau de la gorge et des yeux, difficultés respiratoires) qu’il est « bien plus exposé que nous » !

Nous avons aujourd’hui deux solutions : batailler pour que cela cesse (avec l’établissement par les élus d’une zone tampon aux abords des habitations mais cela paraît bien illusoire au regard de la loi en vigueur et qui leur laisse peu de marge de manoeuvre) ou… déménager, ce que nous envisageons sérieusement de faire, conscients qu’il sera difficile de faire évoluer les choses durablement.