Nos haies brûlées par la pulvérisation de défoliant.

La pulvérisation a eu lieu dans un des champs voisins jouxtant notre jardin le 8 avril 2020.
Dès le deuxième jour les sureaux déjà en feuilles vertes étaient devenus bruns, brûlés. Les saules ont suivi, le laurier, le plant de charmille, et les frênes quand ils se sont ouverts avaient les feuilles ourlées de brun.
Et cela bien au-delà de la ligne de clôture, jusque derrière notre maison, dans notre cour.
Le jour-même, le 8 avril, l’odeur nous a averti de la pulvérisation, elle s’est répandue dans toute la maison. Le vent soufflait depuis le champ traité vers nous. Nous jardinions ( un potager en permaculture bio…). Nous avons fait rentrer nos chiens, chats, puis mon mari, ma fille et moi sommes rentrés, et nous avons fermé toutes les ouvertures. Mais l’odeur persistait à l’intérieur.
Confinés fenêtres fermées pendant 48 heures ensuite …
J’ai eu des vertiges pendant deux jours.
Nous avons contacté l’agriculteur, il est passé le 11 avril, moteur du tracteur allumé, très pressé, et nous a dit qu’il n’avait plus le droit aux produits racinaires, alors il mettait des produits foliaires. Il avait conscience que cette chimie ‘c’est de la merde’, selon ses propres mots, mais il n’a pas dit qu’il ne traiterait plus.
On continue chaque jour à voir d’autres arbres touchés par les suites de cette pulvérisation. j’envoie des photos par mms à l’agriculteur, qui ne réagit pas.
On a planté des petits arbres tout autour du terrain, qui tentent de pousser! On voudrait que les haies soient préservées.
On est entouré de champs traités sur trois côtés, champs cultivés en céréales, colza, ou maïs, et sur le dernier côté par les marais du Bessin de Grandcamp-Maisy.
La situation est dangereuse pour notre santé, celle de nos animaux domestiques, celle des oiseaux nicheurs , et bien sûr pour ces plantes qui meurent défoliées.
Que faire?
La distance de sécurité est si réduite que les machines passent au ras de notre terrain: l’agriculteur dit que la loi le lui permet comme notre maison est suffisamment loin du grillage, à 70 mètres, et hors de portée de ses produits, ce qui est à l’évidence faux.

17/04/20