Mon témoignage exprime surtout une inquiétude.

L’habitation se situe à moins de 10 m des vignes côté Est, et à 60 m côté Nord.
La fréquence des traitements est en rapport avec la fréquence des précipitations, ils se font généralement avant l’annonce de la pluie.
Il y a d’autres traitements en cours d’année mais je ne les ai ni comptés, ni différenciés.
Outre les odeurs particulières, les inquiétudes sur les incidences à venir concernant la santé de mes enfants qui ont aujourd’hui 34 et 40 ans et ont vécu une vingtaine d’années ici, ainsi que celles de mon mari et de moi-même, je ne relève pas de symptômes particuliers.
L’an dernier j’ai demandé au vigneron jouxtant mon habitation de me prévenir par sms la veille ou le matin du jour où il pulvérise ses produits phytosanitaires afin que j’évite d’aérer ou d’étendre du linge dehors.
Mon témoignage n’est pas très significatif, il exprime surtout une inquiétude.
Madame Y