Mon père, viticulteur à Nuits-St-Georges, a contracté une maladie de parkinson

Mon père, viticulteur à Nuits-St-Georges, a contracté une maladie de Parkinson en 2001. Un cancer de la prostate en 2013, il est mort en 2015. J’ai très peu travaillé avec lui aux vignes mais j’ai l’amer souvenir du goût sucré des pesticides dans la bouche, d’avoir marché derrière le tracteur avec un masque en papier pour régler les buses de vaporisation. On voyait très peu ces ‘masques à gaz’, les masques en caoutchouc avec des cartouches filtrantes à l’époque. Les consignes de sécurités sur les bidons de produits existaient mais la formation des viticulteurs était insuffisante. La profession n’avait pas intérêt à montrer la côte des vins avec des viticulteurs travaillant comme dans une zone contaminée à la X-Files. On met du poison sur la vigne et c’est une vraie saloperie.