Lymphome provoqué par des pollutions récurrentes aux pesticides

Habitant à Roncq(59223) en zone périurbaine, dans un lotissement entouré de parcelles agricoles, j’ai été victime en 2014, comme une dizaine d’autres voisins, d’une pollution par herbicides étendue sur 15000 mètres carrés.

Cette pollution a été actée par constat d’huissier,confirmée par des analyses et par la D.R.A.A.F.
Les analyses avaient objectivé :
– la présence de résidus de pesticides dans les feuillages des arbustes, dans l’eau de citerne (eau de pluie), et dans les viscères de mon chat.
– une pollution récente, avec la présence des 3 herbicides utilisés en Mai 2014.
– une pollution plus ancienne résiduelle des pollutions « invisibles » des années précédentes( 6 herbicides).
J’avais sollicité l’intervention de l’A.R.S pour une évaluation du risque sanitaire, à laquelle il n’a pas été donné suite.

Une nouvelle pollution a eu lieu en 2016 qui n’a donné lieu qu’à un constat d’huissier, n’attendant plus rien des services publics.
En Mars 2018, le Tribunal d’Instance m’a donné raison avec dédommagement financier.

Mais en Août 2018 les examens montrent que je suis atteint d’un Lymphome malin non hodgkinien, dont la prévalence est reconnue scientifiquement en cas d’exposition aux pesticides.

J’ai sollicité à nouveau l’ARS pour une évaluation du risque sanitaire pour les familles habitant le lotissement.
je réfléchis par ailleurs à un dépôt de plainte au Pénal.
Docteur LEDUC/ Adhérent depuis 2014

27/09/18