le week-end commence bien !

Vendredi 8 juin, désirant savourer le début du week-end nous avons allumé le barbecue pour faire des grillades. Il faisait super beau, il était à peine 20h. Quand tout à coup le doux chant des merles et notre quiétude ont été dérangés par l’arrivée d’un tracteur…muni de gigantesques bras d’épandage. Il s’est mis à asperger sa parcelle juste en face de notre jardin, en prenant bien soin de longer la clôture. Nous avons donc aussitôt mis fin à la préparation de notre repas pour aller se calfeutrer à l’intérieur. Enragée de voir ainsi ma soirée gâchée et ma campagne souillée j’ai décidé d’appeler le propriétaire de l’exploitation (cela fait 4 ans qu’on subit une vingtaine d’épandages annuels – la coupe était pleine). Avec beaucoup de courtoisie j’ai juste demandé à la femme au bout du fil s’il était possible de nous prévenir avant de traiter et elle a refusé sans hésiter. Elle m’a dit que c’est la première fois qu’on lui demande ça, que ça fait 15 ans qu’ils procèdent ainsi (produit contre le mildiou de la pomme de terre en l’occurrence ce soir là), qu’ils ne peuvent pas se permettre de nous prévenir à chaque fois et qu’en plus ils s’efforcent de faire ça très tard. Je ne suis pas certaine que 20h soit très tard et que 20 SMS par an soit coûteux. Ce qui est sûr c’est qu’elle est de mauvaise foi.j’espère que mon appel fera jaser dans sa famille et son entourage professionnel. J’espère aussi que si un jour elle change d’avis je pourrai lui répondre par texto « merci pour nous. Pensez aussi à bien protéger votre mari et votre fils qui se mettent encore plus en danger que nous ». Aujourd’hui j’ai l’impression que mon chat empeste le solvant. Je crains qu’il soit rentré dans le champs même si cette odeur n’est peut-être que illusoire. Vivement que le changement de mentalité prenne un coup d’accélérateur.

13/06/18