Le roundup de mon grand père

Durant les 20 premières années de ma vie, mon régime alimentaire était constitué en grande partie des légumes que mon grand père cultivait dans le grand jardin familial. Il usait et abusait du Roundup, désherbant bien connu, pretextant il y a encore quelques années « mais c’est biodégradable ! »
Mon état de santé s’est dégradé depuis 1990. Ancien sportif, je me suis retrouvé en 2006 quasi incapable de marcher plus de 50m sans aide. J’ai arrêté depuis de manger du blé, auquel je suis aujourd’hui allergique (j’insiste sur le terme, je ne suis pas intolérant, mais allergique. La moindre trace de blé provoque une tachycardie importante, des vertiges, une incapacité musculaire), je ne digère quasiment plus le maïs, j’ai régulièrement des saignements intestinaux, et je sais comment tout cela se terminera.

Sur le chemin de l’école ou j’emmène mes 2 fils, il y a une petite ruelle, un des agriculteurs du village nettoie souvent les cuves de ses engins agricoles et déverse l’eau polluée directement dans la ruelle : Jaune Vif, blanc laiteux, c’est un festival de couleurs…. et de malaises. Nausées, maux de têtes, vertiges. Le mélange attaque même les semelles des chaussures. On fait désormais un détour. Je ne sais pas comment faire intervenir la préfecture, je suis persuadé que dans les nombreux bidons qu’il stocke se trouve surement des produits qui ne sont plus autorisés sur le territoire.

Un soir de juin 2011 j’ai appelé les pompiers, mon fils de 16 mois s’était mis a crier à table, on dinait la fenêtre ouverte, une odeur incroyable était entrée dans la maison. Les pompiers ont du fermer les vitres du camion alors qu’ils étaient à 2km de mon domicile, ils ont fait des relevés autour de chez moi avec leurs « nez électroniques », au final, il s’agissait d’un engin agricole qui travaillait a plusieurs centaines de mètres, mais le vent aidant, l’odeur s’était répandue sur plusieurs kilomètres. Un problème de dosage, surement. Les pompiers eux mêmes étaient incommodés, maux de tête, nausée…..

On pense vivre à la campagne à l’abri de tout. Au final, en mars, quand les agriculteurs épandent les engrais, la qualité de l’air est pire que dans certaines banlieues chinoises, avec des relevés en PM10 dépassant le seuil de 250 (qui correspondrait virtuellement a un niveau de 25/10 d’AirParif)

Je n’ai rien contre l’agriculture, ils sont les premiers touchés. Apparemment ils n’ont pas d’autre choix que d’utiliser ces produits pour obtenir des rendements corrects, la faute aux semences utilisées, fragilisées et nécessitant ces traitements.

J’ai peur pour mes enfants, je veux partir d’ici, terre ou sont nés mes arrières-arrières grand parents. Mais je ne peux pas, pas les moyens.

Combien de temps va t on empoisonner nos enfants ainsi ? il est temps d’arrêter le massacre.

21/04/16

F. P.