Le lin de la discorde, cette culture très gourmande en pesticides

Nous sommes paysans bio, gérons 7,5ha et notre voisin conventionnel s’intensifie depuis 5 ans. Il faisait une monoculture de mais donc peu d’intrants et nous étions « protégés » par un chemin rural qu’il a labouré et sème désormais. Il a aussi détruit les haies environnantes (en mai) nous protégeant à minima de son pulvé.
Cette année il fait du lin.
À noter que nous sommes à proximité de 2 captages d’eau importants, que nous avons des prairies sous bail environnemental de protection des captages, enclavées entre son lin, que 2 de ses cultures sont à 5m des captages, qu’il a détruit une petite prairie permanente inondable au glypho pour semer du mais.
Il a débordé chez nous et sur les chemins en herbicide qui se voit mais peut-être aussi en insecticide ou autre, il traite par grand vent en toute impunité, il traite le dimanche matin tôt alors que la vallée est très fréquentée par des promeneurs (enfants, femme enceinte, animaux domestiques) et sportifs, bref, il passe sa vie dans son pulvé.
Nous avons déposé une plainte en gendarmerie, envoyé un courrier aux autorités (métropole notre bailleur, police de l’eau mairie concernée, SAGE) mais les délais administratifs sont visiblement plus long que le pouvoir destructeur de ce monsieur.
Nous sommes directement confrontés à ses traitement notamment en ce jour de grand vent et il semble que pour le lin, les insecticides employés ont une forte rémanence.
Nous constatons d’ailleurs une diminution dans la population de bourdons qui butinent actuellement le lin en fleurs. Il est d’ailleurs passé hier soir (18/06/19) à 22h (respect de la prescription abeille mais avec quel produit ?) sur son lin en période de floraison.
« Notre » vallée était pour l’instant relativement préservée, couplée à un GPI, elle risque gros en terme de biodiversité. Et notre activité risque d’y être fortement compromise à terme.
Zone avec prairie calcicole et son cortège de plantes patrimoniales, présence du Muscardin, de papillons assez rares

Pas de photo spectaculaire, une « disposition » de la vallée qui en montre ses fragilités. Nous sommes en orange.

Nous avons noté les passages de pulvérisateur que nous avons pu voir :
· samedi 13 avril vers 8h30 sur la culture de lin fond de la vallée,
· dimanche 14 au soir à 20h49 captage des longues raies -lin,
· mardi 16 vers 18h30 captage Saint Jacques -lin,
· mercredi 17 vers 18h30 fond de vallée avec un vent qui, mesuré à l’anémomètre aurait probablement interdit tout traitement ! lin. À noter que nous étions sous le vent et avons subit une brumisation de dérive assez sérieuse !
· mardi 23 au soir captage St Jacques et dans le fond de vallée – lin
· mercredi 24 au matin, fin du traitement en fond de vallée – lin
· dimanche 19 mai 21h30 captage des longues raies – lin
· mardi 28 mai au soir captage St Jacques -orge .
· dimanche 2 juin entendu le pulvé dans le fond de vallée sur le lin à 7h et vu les traces fraiches
· lundi 3 juin 21h fond de vallée -lin (fin de traitement ?)
· lundi 18 juin à 22h captage St Jacques – lin

Ne sont pas comptés les passages herbicides dont l’un le dimanche 24 mars au matin

19/06/19