Je suis devenu horticulteur et j’ai noté 105 produits différents de l’horticulture arboriculture et grandes cultures utilisés.

J’ai vécu 42 ans en Alsace et déménagé dans le Sud en 1999.
Depuis ma tendre enfance, j’étais copain d’un fils d’agriculteur. Nous avons donc participés à toutes les activités de la ferme et dans les champs.
Professionnellement, je suis devenu horticulteur et j’ai noté 105 produits différents de l’horticulture arboriculture et grandes cultures utilisés.
Désherbants fongicides insecticides et souvent en serres florales. 95 de ces produits ont étés retirés de la vente en diverses années.
Les E.P.I. n’étaient pas utilisés dans nos activités, car dans les Espaces Verts, il ne fallait pas inquiéter les promeneurs sur la dangerosité des produits utilisés.
Nous étions formés à la sécurité de l’utilisation de pesticides par nos fournisseurs.

A 55 ans, on me découvre un cancer de la prostate et bien sûr cela n’a rien à voir avec ces produits, mais est lié à la génétique. Ni frère, ni père où grand père ne sont victimes de cette maladie. On me confirme que l’utilisation de pesticides ne provoque cette maladie. J’ai bien essayé de le faire reconnaitre en maladie professionnelle, sans résultat. Notre service de santé de la fonction publique ne m’a pas soutenu. Nous étions renseignés de l’inoffensivité lors des entretiens annuels et des efforts fournis à la bonne utilisation et choix personnels des produits utilisés.

Beaucoup de collègues sont malades ou déjà morts avant la retraite sans savoir ce qui nous nuit et mine notre santé. Peu d’entre eux incriminent les pesticides car convaincus des bonnes paroles de nos supérieurs où des médecins rencontrés.

Mais j’ai rejoint l’association Phyto- Victimes, et là on nous informe mieux au sujet de ces maladies perturbantes.