Je ne vous parle pas des jets qui se bouchent et comment on les débouche.

Au sortir de l’école à 14 ans et comme je voulais travailler avec mon père dans son entreprise « vers les années 1956 jusque 2000 » ce dernier me prit avec lui,
C’est à ce moment que les premiers produits US phytosanitaires arrivent sur le marché, les coopératives et le négoce nous recommandent leurs produits !!! Tous les meilleurs !!!!
Les premiers je me souviens très bien Nétazole Nétagrone et Tropotone « ne suis pas sûr de l’orthographe » en partie des produits de chez RHÔNE POULINC avec ça nous pouvions pratiquement tout traiter, à l’époque nous traitions avec 3 jeeps US équipées de matériel
Expérimental ! Je tairai la marque…. nous avions des problèmes de résistances des tuyaux qui explosaient sans arrêt, je vous laisse penser aux dégâts de ces explosions près du conducteur.
Nous n’étions pas suivis de la MSA pour la sécurité des employés dont je faisais partie, nous faisions avec les véhicules environ entre 500 et 1000 hectares.
Au fur et à mesure du temps les produits arrivaient de toutes les marques. Désherbage des céréales d’hiver, de printemps, des pommes de terre, des pois, des maïs, des luzernes des betteraves, et pour finir les pesticides liquides ou solides. Il fallait courir pour avoir de l’eau avec des citernes, pour ensuite préparer les mélanges avec des bâtons au-dessus du récipient car il fallait à ces moments traiter soit avec 250 litres hectare ou 500 litres selon, je ne peux vous dire le nombre de pleins et de manipulations au cours d’une journée
C’est à partir des années 1970 à 1980 que l’on commencé à trouver une timide prévention !
Je ne vous parle pas des jets qui se bouchent et comment on les débouche.
Les EPI sont mal supportés par les conducteurs, mal de crâne avec la soufflerie, et sans avec de l’humidité sur les verres
A la retraite j’ai eu un cancer bronchique épidermoïde à chaque poumon, voir certificat.
Malgré cet exposé, la MSA ne veut pas me reconnaître comme maladie professionnelle, après plusieurs réclamations auprès du (TASS). Ils ne veulent pas avoir à supporter la jurisprudence.
De ce fait je suis au tribunal de la cour d’appel en attente d’une convocation.
J’ai dû prendre une association de défense FNATH car seul je ne fais pas le poids !!!
Monsieur Y