Fille d’agriculteur : maladie de Parkinson et goître multinodulaire

Lorsque j’étais adolescente (années 80) je me souviens que mon père se protégeait avec un masque pour « traiter » ses champs de l’Aisne.
A 42 ans, on me diagnostique une maladie de Parkinson, en 2011, ma mère décède d’un cancer des intestins, dans quelques semaines, on doit me retirer la thyroïde…
En 2002, j’ai aussi perdu un oncle agriculteur dans la Somme, de la terrible maladie de Charcot ou S.L.A. (sclérose latérale amyotrophique)…

Faisant partie d’une famille d’agriculteurs (père, 4 oncles, frère, 6 cousins directs…), il m’est difficile d’affirmer que les pesticides sont responsables de ces morts prématurées, de ma maladie de Parkinson et de mes problèmes de thyroïde, mais, au fond de moi, je suis convaincue que les pesticides y sont pour quelque chose.

Comment remplacer les pesticides ? malheureusement, je n’ai pas la réponse…Le bio ne permettrait pas de nourrir les habitants de la planète, ne pas utiliser de pesticide donnerait des rendements très inférieurs aux rendements « pesticides ».
La solution ? J’ai choisi d’habiter en ville où l’air est pollué certes, mais peut-être moins que dans certaines campagnes….