Epandage d’un fongicide SDHI en pleine journée à proximité immédiate d’un rucher

Je suis apiculteur professionnel. Le lundi 22 avril au matin (lundi de pâques) je transporte 23 colonies supplémentaires sur un rucher m’appartenant installé dans un roncier afin de le compléter. Nous sommes à la fin de la floraison du colza, ces ruches ont vocation à produire du miel toutes fleurs d’été (ronce, aubépine, trèfle, châtaigner…)

9h15 : après le déchargement et la mise en place des ruches, ouverture de celles-ci : grosses effervescences des abeilles qui découvrent leur nouvel environnement. La journée s’annonce chaude et ensoleillée.

9h55 : apparition soudaine d’un pulvérisateur avec une cabine pressurisée à quelques dizaines de mètres du rucher qui commence à épandre sur une parcelle de colza à proximité (et ce malgré les précautions élémentaires d’usages qui veulent que l’on fasse ces traitements dans les heures suivants le coucher du soleil). Le conducteur est protégé, contrairement à moi et aux abeilles (et aussi aux enfants que j’entends jouer dans leur jardin jouxtant la parcelle de l’autre côté du champ. Chasse aux œufs de pâques ?!..) C’est un prestataire qui fait le travail et non l’agriculteur qui ne semblait pas au courant du timing prévu du traitement…

J’apprendrais + tard que le produit utilisé a pour nom « Yearling » de la firme Bayer.. C’est un fongicide nouvelle génération appelé SDHI qui est composé de 2 substances actives, le prothioconazole et le fluopyram.. Elles ont pour principe de bloquer la succinate déshydrogénase (complexe de la voie respiratoire). Le fluopyram est un inhibiteur de la respiration cellulaire. Question toxicologie, « Yearling » est considéré comme susceptible de nuire au fœtus, il est aussi très toxique pour les organismes aquatiques, il entraîne des effets néfastes à long terme. Il serait cependant « faiblement toxique » pour les abeilles comme l’était considéré aussi en son temps le glyphosate (on sait aujourd’hui par certaines études que ce dernier détruit le système digestif de l’abeille).. Question risque et exposition, il est conseillé aux travailleurs de ne pas rentrer sur la zone traitée avant 6 à 48h selon les notices !!!

En ce qui me concerne je suis resté sur place + de 5h le temps de faire le Travail : mise en place et travaux sur le rucher, intervention sur les ruches, observation et pose de trappes à pollen en urgence à des fin d’analyses au cas où. Le rucher est donc en observation pour voir les conséquences à moyen et long termes. Du pollen collecté sur place a été congelé à des fins d’analyses. Je m’inquiète sur les effets de ces produits à court, moyen et long terme pour ma santé, celles des abeilles et des riverains. (Dans mon secteur géographique, on ne peut faire 200 à 500 m sans rencontrer une parcelle de colza ayant potentiellement pu subir ce type de traitements).

28/04/19