Epandage des pesticides sans aucun respect du « vivre ensemble »

Quand vivre en campagne avec des enfants en bas âge est devenu très dangereux ! Depuis notre arrivée il y a 4 ans, nous vivons au rythme des épandages d’herbicide sur le ray-gras, du maïs pour nourrir des vaches laitières ! ! ! Nos enfants ont rencontré différents problèmes (intestinaux, problème de peau, allergies alimentaires,…), ce qui engendre des problèmes au quotidien comme la cantine à l’école, les insomnies,….

L’agriculture intensive ne respecte rien avec ses épandages de glyphosate (et autres produits qui tuent le vivant) :

– ni au contact direct ses riverains juste avant la sortie Halloween des enfants dans des conditions de vent interdites
– ni à proximité directe d’une zone humide NATURA 2000 qui se jette dans la mer (ce qui pose la question de la pêche à pied ! ! !), et du risque porté sur le circuit randonnée GR connu de la presqu’ile qui borde ces lieux.
– ni même le risque d’ingérer des mûrs comestibles traitées spécifiquement là aussi en plein après midi le long des clôtures et des chemins…
– ni même de ses vaches qui sont au contact direct de l’épandage

Constat environnemental :
– Le chant des amphibiens n’a pas eu lieu l’été dernier dans cette zone humide
– Tumeur sur le nez du chat du voisin

Le dialogue avec l’agriculteur a été stérile, sa réponse est centrée sur un réflexion égoïste « comment je fais moi si il y a des maisons partout et des zones protégées autour ».

Les collectivités peuvent elles influer pour faire changer ces pratiques afin de protéger l’agriculteur mais aussi ses habitants et leurs enfants, ses touristes et son image environnementale ?

20/04/2018