Au milieu des vignes

Nous avons quittés Paris il y a cinq ans pour le Loir-et-Cher. Installés non loin des vignes, nos promenades sont limitées à la forêt et bord de Cher car en période de traitement je ferme même les vitres de la voiture pour ne pas respirer les traitement.
Le vélo aussi est limité car tout le département pratique une viticulture soutenue (pas mal de bio quand même mais pas assez)
Notre fils, 3 ans, maîtrise parfaitement la phrase « les produits chimiques, ça pue ».
En plus des pesticides, nous passons la période glyphosate ou les champs de vigne ont simplement d’avoir brulé.

21/04/16