Agir avant d’être également malades.

Propriétaires d’une habitation à la sortie de notre village depuis 36 ans, nous comptions mon mari et moi profiter des joies de la campagne.
A l’époque notre habitation jouxtait une pâture (limite de propriété à moins de trois mètres de la pâture dans la partie la plus proche côté séjour). Cette pâture n’était pas exploitée et nous avons eu le plaisir de voir des chevaux les deux premières années.
Très vite cette pâture a été équipée de drains et par la suite la culture intensive a pris le pas.
A ce jour, la personne possédant le champs en fermage traite ( tantôt maïs , tantôt blé ). Herbicides et engrais finissent dans notre jardin.
Nos voisins sont malades ( parkinson et cancer des os).
Nous souhaitons agir avant d’être également malades.
Sur la photo jointe on peut voir le lierre qui délimite notre jardin.

08/06/18