A l’orée d’un petit village de l’Oise

Ma mère, 93 ans, habite à l’orée d’un petit village de l’Oise, entre champs et bois.
Depuis plusieurs années, elle se plaint d’allergies au moment des épandages de pesticides (yeux larmoyants et piquants, nez, gorge picotements, migraines…).
Cette année (mai 2017), est particulièrement redoutable.
Dès 6 heures du matin, avec la poussière, les effets se font sentir en même temps qu’elle entend les tracteurs circuler.
Autour des murs de la maison, elle voit de nombreuses abeilles et des bourbons morts. En ce moment, elle qui est très matinale ne sort plus en début de journée et attend le soir pour faire le tour du jardin.
Elle ne veut pas se plaindre à la mairie de peur d’être mal vue par les agriculteurs des alentours et avec ceux qu’elle connaît, le sujet est tabou. Les personnes âgées et les petits enfants semblent plus sensibles que les autres. Que faire? Comment les protéger?